Grand Chelem pour les jeunes féminines.

Six d’entre elles ayant choisi soit de migrer vers un autre club, soit de mettre un terme à leur carrière à la fin du précédent exercice, le BCCA n’engage pas d’équipe Dames au niveau provincial.
Cette absence sera cependant de courte durée, puisque tant les Minimes que les Cadettes et les Juniores vont faire main basse sur leurs championnats respectifs. Manifestement la relève est prometteuse. De quoi inciter le Club à remettre sur pied une phalange féminine en première provinciale pour 2003 – 2004.

Philippe Kemp et Yannick Demesmaeker passés à Tintigny, Ronald Badoux, 33 ans et qui n’a connu qu’un seul club (26 saisons à St-Hubert !), intègre le noyau de N3, lequel accueille également Loϊc Destrument, un jeune issu du sérail.

Notre équipe fanion est éliminée dès le 2ème tour de la coupe de Belgique par Houthalen. Après trois saisons en série 3B, elle est cette fois versée dans la série 3A, en compagnie du Luxair Arlon qui découvre ce niveau de compétition. Conséquence : les Chestrolais doivent affronter 5 cercles anversois.
Après un succès au courage, à domicile, face à St-Trond (75-72), ils subissent 2 défaites hors de leurs bases, puis enchaînent 4 rencontres dans leur salle fétiche, pour autant de succès. Dont un sur Pitzemburg, leader invaincu en 6 matches, qui fait connaissance avec l’enfer de notre salle.

Le premier revers « at home », des oeuvres de Soba Anvers, est compensé par une victoire, acquise de haute lutte lors de la manche aller du derby luxembourgeois, dans une salle de la Spetz prise d’assaut par les supporters chestro-lais. Ce qui fera dire à Jean-Marie Fivet qu’il n’avait pas eu le sentiment de jouer à l’exté-rieur.
Hélas, diverses blessures (Fisson, Badoux, Golinvaux, Mathonet) vont venir contrarier le rendement de l’équipe, laquelle accroche néanmoins la 6ème place pour la trêve, après un succès étriqué à Verviers (78 – 80).
La seconde partie de saison est plus en dents de scie. Souvent empêchés de jouer au complet ou bien avec l’un ou l’autre pion encore convalescent, les Vert et Blancs ne vont briller que via de ponctuels faits d’armes. Ainsi ce match presque parfait, récompensant un collectif d’enfer au Soba Anvers (73 -101). Ou encore, en fin d’exercice, cette victoire (87–63) tant attendue contre leur « bête noire », Castors Braine, après cinq tentatives infructueuses.
Emportant, au cours de cette 4ème campagne en N3, davantage de matches grâce à son collectif, alors qu’en 2001-2002 plusieurs l’avaient été au prix d’actions individuelles, le groupe assure plus sereinement son maintien, terminant cependant à la même place (9ème), mais avec 12 succès – soit un de mieux que l’an dernier – pour 14 revers.